Publication — « Archéologie de l’objet métallique aux époques médiévale et moderne en Picardie »

47157V. Legros, Archéologie de l’objet métallique aux époques médiévale et moderne en Picardie. Approches typologique et fonctionnelle, Revue Archéologique de Picardie (RAP) n°1-2, 2015

Cet ouvrage rend compte du résultat des travaux de recherche sur le mobilier métallique médiéval et moderne, du IXe siècle au XVIIe siècle. Ils ont été engagés dès 1997 à l’Université de Picardie Jules-Verne dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue en 2001 sous la direction du professeur Philippe Racinet. Le corpus était constitué à partir de lots d’artefacts métalliques issus de fouilles programmées et préventives menées sur le territoire picard, mais également, et dans une moindre mesure, de collections muséales. Il paraissait avant tout incontournable de présenter l’historiographie de ce type de recherche qui rend compte de sa difficile émergence. Un premier chapitre relate ainsi la lente évolution de cette discipline, des années soixante à nos jours, en citant les acteurs les plus emblématiques et leur contribution. Dans la région, le contexte de l’archéologie de sauvetage, puis préventive, ne comptait pas ou très peu dans ses rangs de spécialistes pour les époques médiévale et moderne. Ce type de recherche portait essentiellement sur les objets en fer issus des nécropoles celtiques et mérovingiennes bénéficiant de moyens financiers et de l’un des premiers laboratoires de restauration basé alors à Compiègne. Un second chapitre est consacré à la présentation des sites picards, pour la plupart inédits, et de leur corpus d’objets métalliques. De facto, la période chronologique prise en compte dans le cadre de cette recherche a été bornée d’après les sites retenus. L’intérêt ici était de présenter des lots d’objets issus de sites de statuts différents : le château, le village, le prieuré, la ferme, le contexte urbain, le souterrain-refuge… La prise en compte également de quelques collections muséales était l’occasion de caractériser le type de mobilier sciemment conservé. Le troisième chapitre expose l’étude typologique et fonctionnelle de chaque type d’objet. Ce mobilier, en parallèle d’informations chronologiques, est analysé selon plusieurs problématiques d’ordre principalement technique, puis ethnologique au plus près des données scientifiques extrinsèques : celles des occupations humaines anciennes. Afin de traiter ces questions, le panel d’objets s’est largement enrichi de corpus étudiés postérieurement à la thèse. Enfin, au dernier chapitre est présenté le catalogue d’origine totalisant 800 objets dessinés figurant sous forme de planches et de notices. L’objectif scientifique vise à définir les contours de ce pan de culture matérielle régionale aux époques médiévale et moderne. De cette recherche, il en résulte le constat d’un processus complexe : celui de la diversification et du perfectionnement de l’objet métallique sur une longue période bénéficiant dans la durée du progrès technique. Deux décennies plus tard, et ce malgré l’étude de plus d’une centaine de corpus régionaux et extra-régionaux, le champ d’investigation s’avère bien plus vaste. Cette publication ne constitue donc qu’une simple contribution à cette discipline qui n’a été reconnue officiellement que très récemment.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search