Publication — “Atlas du monde hellénistique, 336-31 av. J.-C. Pouvoir et territoires après Alexandre le Grand”

L. Martinez-Sève, Atlas du monde hellénistique, 336-31 av. J.-C. Pouvoir et territoires après Alexandre le Grand, 2014, éd. rev. et augm., 96 p. $


Après l’éclatement de l’empire d’Alexandre le Grand apparurent de nouveaux acteurs politiques : les rois hellénistiques. Ils durent contrôler de vastes territoires difficiles à administrer et habités par une forte proportion d’individus qui n’étaient pas de culture grecque. La forme d’organisation politique la plus répandue était alors la cité. Comment les rois ont-ils procédé pour contrôler et exploiter leurs possessions ? Ils ont été capables d’innover et de mettre en place de nouvelles structures politiques. Comme chacun d’eux fut confronté à des réalités géographiques et sociales différentes, l’atlas procède par zones géographiques en montrant qu’ils surent s’y adapter en utilisant des outils de domination différents. Ils furent néanmoins confrontés à un processus de désintégration, favorisé par la conquête romaine. Alors qu’ils furent à l’origine de la création d’un nouveau type de pouvoir, les rois n’eurent donc pas la capacité de l’inscrire dans la durée. L’atlas ne sera pas centré sur la seule Méditerranée orientale mais prendra en compte l’ensemble du monde méditerranéen. Intégrer les espaces occidentaux permet de montrer que toutes les régions du monde hellénistique n’étaient pas sous la coupe de rois. Ces évolutions politiques modifièrent la structure territoriale et politique du monde grec. Les autres communautés politiques, les cités notamment, durent s’y adapter et trouver des moyens pour résister à la puissance des rois.


Vous aimerez aussi...