Publication — “Les Tyrannicides d’Athènes, Vie et mort de deux statues”

Capture d’écran 2014-04-14 à 17.56.18Vincent AZOULAY, Les Tyrannicides d’Athènes, Vie et mort de deux statues, Collection, L’Univers historique (2014), 366 p.

À travers la biographie de deux statues édifiées dans le cœur politique d’Athènes, c’est tout un pan d’histoire de la cité grecque qui se dévoile.

Harmodios et Aristogiton, amants meurtriers du tyran Hipparque, ont eu l’insigne privilège d’être statufiés sur l’Agora en libérateurs de la patrie. Ce livre repose sur un pari audacieux : faire la biographie de leurs statues – les Tyrannicides d’Athènes –, depuis leur naissance à l’aube de la démocratie athénienne jusqu’à leur disparition à la fin de l’Empire romain. Servi par un puissant sens de l’intrigue, par une écriture élégante, il se présente comme une enquête qui dévoile progressivement les significations attribuées à ce monument, les conflits, les alliances qui se sont joués autour de lui, les détournements et les outrages dont il a fait l’objet. Le monument fait époque : il est un symbole agissant qui « fabrique » l’histoire, engendre des relations sociales et exerce même un certain pouvoir. Les Tyrannicides contribuèrent, de façon active, à façonner la culture politique athénienne, en créant un système de valeurs partagées autour de la défense de la patrie et du nécessaire sacrifice pour sa libération. Loin d’avoir une trajectoire linéaire, le groupe connut aussi plusieurs moments d’épreuves qui, paradoxalement, accrurent son rayonnement et contribuèrent à le métamorphoser en « icône et talisman de la démocratie athénienne ». Sa charge politique ne fut jamais entièrement neutralisée et, en pleine époque impériale, les Tyrannicides continuaient encore à susciter le débat, voire la critique – car le monument pouvait facilement servir à faire une apologie détournée du césaricide.

Vincent Azoulay maître de conférences d’histoire grecque à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, membre junior de l’Institut universitaire de France, il est l’auteur d’un livre sur Xénophon (Xénophon et les grâces du pouvoir. De la charis au charisme, Publications de la Sorbonne, 2004 ; prix de l’Association des études grecques, 2005) et d’une biographie de Périclès (Périclès. La démocratie à l’épreuve du grand homme, Armand Colin, 2010 ; prix du livre d’histoire du Sénat, 2011).

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRHiS1 (14 avril 2014). Publication — “Les Tyrannicides d’Athènes, Vie et mort de deux statues” Les carnets de MA-ArcHist. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r4tw


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search