Nouveauté sur Gallica

En mai 2012, la BnF a lancé un programme de numérisation de la collection de monnaies grecques du département des Monnaies, médailles et antiques. Plus de 90 000 monnaies sont désormais consultables dans Gallica…

La collection de monnaies grecques de la BnF trouve son origine dans les collections royales. A partir du règne de Louis XIV, elle bénéficie d’une politique systématique d’enrichissement. En 1776, l’acquisition des quelques 33 500 monnaies de Joseph Pellerin, un collectionneur averti, représente une des plus importantes extensions du fonds. En 1862, le legs du duc de Luynes dote la BnF d’un ensemble d’une qualité et d’une rareté exceptionnelles. L’abondance d’exemplaires rares ou uniques est l’une des caractéristiques de la collection. Ils font l’objet d’une politique active de prêts pour expositions et de communication aux chercheurs.

 

Sous le nom de monnaies grecques sont rassemblées des pièces frappées dans plusieurs centaines d’ateliers du monde grec, du VIe siècle avant J.-C. au IIIe siècle après J.-C., de l’Espagne à la Bactriane (Afghanistan actuel). De la naissance de la monnaie (vers 600 avant J.-C.) à l’unification monétaire par l’empire romain à la fin du IIIe siècle après J.-C., ces monnaies ont été frappées en or, en argent, en bronze ou dans d’autres alliages. Elles sont un outil économique, mais aussi un support iconographique qui véhicule l’image que l’État émetteur souhaite diffuser de son pouvoir.

Pour en savoir plus, consultez le blog Gallica



Citer ce billet
IRHiS1 (2013, 15 juillet). Nouveauté sur Gallica. Les carnets de MA-ArcHist. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r4ny

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search